menu

La exposición ‘Solar K’ repasa las decenas de proyectos que se presentaron para el lugar donde hoy se ubica el Kursaal

Nouvelles / 24 octobre, 2019

Ahora que se cumplen 20 años desde que se construyó el edificio de Rafael Moneo, profesores y estudiantes de la Escuela de Arquitectura de la UPV/EHU enseñan la historia del solar.

 Entre los años 1964 y 1989 se convocaron tres concursos diferentes y se presentaron un total de 135 propuestas de equipos arquitectónicos.

 El actual Palacio propició un intenso debate en San Sebastián, entre quienes “defendían una imagen congelada de la Belle Époque y los que apostaban por su vocación de moderna capital cultural”.

El Kursaal de San Sebastián cumple ahora 20 años desde su inauguración. El proyecto de Rafael Moneo, uno de los iconos más reconocibles de la capital guipuzcoana, ganó un concurso que supuso un largo y complejo debate en la ciudad. Profesores y estudiantes de la Escuela Técnica Superior de Arquitectura de la Universidad del País Vasco (UPV/EHU) han decidido hacer un repaso a aquel proceso, que duró 25 años (de 1964 a 1989) en los que se presentaron 135 equipos arquitectónicos en tres concursos diferentes.

Horarios de la exposición

La exposición se enmarca dentro de la Bienal Internacional de Arquitectura de Euskadi MUGAK, y estará abierta al público desde hoy, 23 de octubre, hasta el 8 de diciembre en el vestíbulo del auditorio del propio Kursaal. Se podrá ver de 11 a 14 horas, de viernes a domingo (excepto el 15 de noviembre), así como en todos los eventos que se organicen en el auditorio en este periodo.

La exposición no trata de ser “un relato histórico, una recons­trucción llena de datos y explicaciones de lo ocurrido”, sino “un recorrido visual y neutro por aquellas soluciones que diversos equipos de arquitectos han pensado para una situación tan singular como el Solar K”, explican sus impulsores. La investigación ha estado liderada por el doctor arquitecto Mario Sangalli, profesor de la UPV/EHU y miembro del Archivo Peña Ganchegui, que también ha participado en la muestra. El resto del equipo lo componen los investigadores Felipe Aurtenetxe, Ana Azpiri, Diego Rodríguez e Iñigo Viar y los estudiantes Paúl Campo, Ander Guerra, Adrián López y Laila Medina.

En la muestra se puede ver, por supuesto, el edificio actual ideado por Rafael Moneo, e inaugurado ahora hace 20 años. Y también una selección de 20 maquetas a escala 1/500, siguiendo un orden crono­lógico. Las maquetas aparecen liberadas de todo contexto, ajenas al lugar, situación o proble­mática particular. Limpias, blancas, abstractas. Se presentan como una secuencia de soluciones forma­les a un mismo problema. Cerrando la secuencia se muestra el edificio que ocupó original­mente el solar.

En ese recorrido se pueden repasar proyectos de grandes nombres de la arquitectura. Además de la propuesta del propio Moneo, premio Pritzker en 1996, figuran otras del tercer y último concurso a cargo de Mario Botta, Norman Foster, Arata Isozaki, Juan Navarro Baldeweg, y el equipo formado por Luis Peña Ganchegui, José Antonio y Mateo Corrales.

También aparecen proyectos presentados en el primer concurso (1964 y 1965), llamado entonces EuroKursaal. El programa incluía, entre otros, un hotel de lujo, viviendas, cinematógrafo, piscina cubierta, sala de baños, oficinas, restaurantes, pista de patinaje y galerías comerciales. Lo ganó el equipo formado por el británico Jan Lubicz-Nycz, el italiano Carlo Pelliccia y el norteamericano William Zuk. En general, las propuestas de aquella época responden “a la po­tencia expresionista de aquellos años”.

El segundo concurso, bajo la denominación Gran Kursaal, abarcó la etapa 1972-75, y pedía también un hotel de lujo, viviendas, garajes, sala de convenciones, piscina, gimnasio, oficinas y restaurante. Resultaron ganadores José Antonio Corrales y Ramón Vázquez Molezún, por delante de Francisco Javier Sáenz de Oiza. Aquí, las propuestas son “más ur­banas” y “ensayan diferentes modelos de ocupación de una manzana de ensanche”.

En el último concurso, convocado en 1989, el proyecto de Moneo hace “la lectura más acertada del lugar”, según los impulsores de la exposición, y “tiene la virtud de hacer compatible su condición de icono autónomo enfrentado al mar, con la de equipamiento urbano, que dialoga con la ciudad a la que da servicio”.

Encuentro Rafael Moneo e Iñaki Gabilondo

El próximo 28 de noviembre a las 18:00 tendrá lugar en la Sala de Cámara del Kursaal un encuentro entre el arquitecto Rafael Moneo y el periodista Iñaki Gabilondo que charlarán sobre el impacto del Kursaal como motor económico y elemento transformador del entorno, sobre la evolución misma del edificio y su adaptación a las nuevas necesidades y tecnologías.

Para asistir al encuentro, los interesados deben obtener invitaciones en la web del Kursaal a partir del 24 de octubre. Las entradas son gratuitas hasta completar el  aforo. En el caso de que se complete el patio de butacas de la Sala de Cámara, las personas que cuenten con invitación podrán seguir el encuentro en una sala anexa vía streaming.

 

lnaugurée le IIe Congrès international pour l’Emploi et Ier Salon Merkalan pour l’Emploi et la Formation

Nouvelles / 21 octobre, 2019

  • Beatriz Artolazabal : « plus de formation et la connaissance de langues sont les meilleurs atouts pour l’employabilité de nos jeunes »
  • Artolazabal a participé avec le maire de San Sebastián Eneko Goia et le Conseiller général de Guipúzcoa Markel Olano à l’inauguration du IIe Congrès international pour l’Emploi et Ier Salon Merkalan pour l’Emploi et la Formation
  • Aujourd’hui et demain au palais des congrès Kursaal de San Sebastián.
  • Analyse des modèles d’emploi de la Bavière et de la Province autonome de Trente

La ministre de l’Emploi et des Politiques sociales du Gouvernement basque, Beatriz Artolazabal, considère que « davantage de formation et une meilleure connaissance des langues sont les meilleurs atouts pour l’employabilité de nos jeunes ». Aux côtés du maire de San Sebastián, Eneko Goia, et du Conseiller général de Guipúzcoa Markel Olano, la ministre Artolazabal a participé à l’inauguration du IIe Congrès international pour l’Emploi et Ier Salon Merkalan pour l’Emploi et la Formation qui se tient aujourd’hui et demain au palais des congrès Kursaal de San Sebastián.

« Notre programme est en ligne avec les orientations marquées par l’Union européenne et par les Nations-Unies elles-mêmes, et nous travaillons sur la prémisse que plus de formation veut dire plus d’emploi et de meilleure qualité. Nous sommes ici réunis autour du slogan « Engagés pour l’emploi de qualité », à l’occasion de ce deuxième congrès international et premier salon Merkalan, notre nouvelle initiative destinée à dynamiser le recrutement, le conseil et le rapprochement entre Lanbide, les entreprises et les personnes qui souhaitent améliorer leur travail » a signalé Artolazabal.

Comme l’a indiqué la ministre Artolazabal, « le département de l’Emploi et des Politiques sociales du Gouvernement basque et le Service basque de l’Emploi unissons nos efforts pour présenter cette initiative commune, en nous comparant aux bonnes pratiques développées ailleurs en Europe. Entre l’excès de qualification mentionné par certains et le manque de main-d’œuvre qualifiée détecté par d’autres, nos analyses indiquent que plus de formation et la connaissance de langues sont les meilleurs atouts pour l’employabilité de nos jeunes ».

Talent

« Face à la précarité, les emplois de qualité finissent par s’avérer avantageux pour toutes les parties et parviennent à retenir le talent de nos jeunes générations qui s’avèrent être les mieux formées de toute notre histoire. Ces deux journées du Congrès vont nous permettre de nous comparer à d’autres réalités ».

Après avoir souhaité la bienvenue à tous les professionnels et experts qui participent à la rencontre, Artolazabal a voulu souligné que « le premier salon Merkalan est une plateforme de relations qui offre plus de 700 postes de travail et qui matérialise l’évolution du Service basque de l’Emploi, Lanbide. Un service en voie de modernisation pour se transformer en acteur porteur d’’employabilité et qui cesse d’être synonyme de l’agence typique de l’emploi où on allait pointer ».

« Lanbide est plus accessible de jour en jour et se rapproche des citoyens grâce à une attention intégrale et personnalisée. Après les années de crise et de chômage, l’objectif majeur de cette législature pour le Gouvernement basque, et pour toute la société basque, était de baisser de 10 % le taux de chômage, et nous avons réussi. Mais nous restons vigilants face à l’incertitude internationale » a tenu à remarquer Beatriz Artolazabal, qui a réitéré son engagement « en faveur de l‘emploi de qualité pour tous et tout particulièrement pour nos jeunes ».

Le « IIe Congrès international pour l’Emploi et Ier Salon pour l’emploi et la Formation “Merkalan” 2019 » sont organisés par le département de l’Emploi et des Politiques sociales du Gouvernement basque. Le Salon « Merkalan » offre aux demandeurs d’emploi, à travers les 70 entreprises participantes, plus de 700 postes de travail de tous les secteurs et qualifications.

À ces journées sont présents le vice-ministre de l’Emploi et de la Jeunesse du Gouvernement basque, Marcos Muro ; le directeur général de Lanbide, Borja Belandia, et ses directeurs de service Amaia Arteaga, Marta Etxebarria, Ion Uriarte et Nestor Arana.

 Programme

Franck Morel, conseiller Relations sociales du premier ministre du Gouvernement français, a été chargé de la conférence inaugurale, sur le thème « L’engagement de la France pour l’emploi de qualité ». « Les enjeux et les opportunités mondiaux pour la création d’emploi de qualité » ont été abordés par Jamie Winders, directrice de l’Autonomous Systems Policy Institute de l’Université de Syracuse ; Christopher Markou, de la Faculté de Droit de l’Université de Cambridge, et Albert Cañigueral, co-fondateur de Ouishare.

La « stratégie de l’Union européenne pour l’emploi de qualité » a été exposée par Loukas Stemitsiotis, directeur d’Analyse thématique de la direction générale de l’Emploi, Affaires sociales et Inclusion de la Commission européenne. Maurizio Bussi, directeur régional adjoint pour l’Europe et l’Asie centrale de l’OIT, parlera aujourd’hui de « la stratégie mondiale pour l’emploi de qualité », alors qu’Alexander Hijzen, directeur de la Stratégie pour l’emploi de l’OCDE détaillera « la stratégie de l’OCDE pour l’emploi de qualité ». Cette après-midi, les assistants visiteront le Centre de Recherche et Innovation appliquée de la Formation professionnelle du Pays basque, « Tknika », dans la localité d’Errenteria.

Mardi

Demain mardi 22 octobre, Markus Zorzi, directeur général de Planification, Stratégie, Affaires juridiques et Communication du ministère de la Famille, de l’Emploi et des Affaires sociales du Gouvernement de Bavière, expliquera la « stratégie pour l’emploi de qualité de la Bavière » ; Laura Pedron, directrice générale de l’Agence pour l’Emploi de la Province autonome de Trente, commentera sa stratégie de qualité et Gary Shaughnessy, président de la Z Zurich Foundation, analysera « la création d’emploi de qualité dans le secteur services ».

Le modèle d’entreprise inclusif-participatif sera le thème de l’intervention de Deb Oxley, CEO de l’association Employee Ownership Association, et de Juan Manuel Sinde, président de la fondation Arizmendiarrieta. Finalement, Marcos Muro, vice-ministre de l’Emploi et de la Jeunesse du Gouvernement basque, clôturera le Congrès.

Afin de promouvoir et faciliter le contact entre les entreprises qui cherchent à recruter et les personnes en recherche active d’emploi, Lanbide organise au Kursaal la première édition de son salon pour l’emploi et la formation, Merkalan : un espace de 1.000 mètres carrés avec une configuration et des contenus qui tiennent compte des besoins spécifiques des usagers des services de Lanbide.

La distribution des différents espaces du salon a été configurée comme un parcours professionnel usuel, avec des stands qui informent sur les domaines thématiques et toutes les ressources individualisées mises à la disposition des citoyens par le réseau des agences de Lanbide pour aider à prendre des décisions susceptibles d’améliorer l’employabilité (inscription de demande d’emploi, orientation professionnelle, attestation de compétences professionnelles, services aux entreprises, création d’entreprise, etc.).